POUR NOUS SOUTENIR :

Formulaire : Promesse de don
Montant de la Cagnotte : 530/ 1000 €



mardi 27 février 2018

Cité du train à Mulhouse

Mateo et Zelia ont visité la cité du train avec leur oncle et leur tante. Ils ont bien aimé la visite et les différents trains des années 1800 à nos jours.







dimanche 25 février 2018

Anniversaire de Zelia et visite de la famille

Zelia a fêté ses 6 ans avec 3 de ses copines. Elle était très contente de cet après-midi. Elle a aimé l’atelier cup cake et la déco toute rose!
La soeur de Lucie et son mari nous ont rejoint pour quelques jours. Nous en avons profité pour fêter aussi l'anniversaire du tonton.
Il nous aident à préparer l'arrivée du bébé activement et assistent Lucie toujours embêtée par sa hanche...

Merci à eux !








vendredi 23 février 2018

Du temps pour les familles dans l'église-1-Introduction

"Enseigne-nous à bien compter nos jours, afin que nous afin que nous appliquions notre coeur à la sagesse" Psaumes 90-12

Nous savons tous comment bien faire les comptes en ce qui concerne nos finances, mais est ce que nous savons bien compter nos jours?

Selon Max Weber, ce principe s'applique en un sens spirituel : "le temps est infiniment précieux parce que toute heure de travail perdue est une heure de moins au service de la gloire de Dieu." (1)

Benjamin Franklin a dit : " Le temps c'est de l'argent". En effet, le temps, comme l'argent, est une denrée périssable qui demande à être gérée et organisée.
Le temps bien employé est souvent source de profits. A contrario, du temps gaspillé provoque souvent pertes et manques à gagner.

Les questions que l'on peut se poser :
Comment est ce que je veux investir mon temps? Dans quelles activités? Avec quelles personnes? Que vais-je en retirer pour Dieu? Pour ma famille? Pour moi-même?

Nous devons tenir compte de nos réponses à ces questions car elles déterminent nos choix familiaux.
Par exemple, un travail dans lequel nous ne "comptons pas nos heures" nous donnera certainement plus de confort matériel et de plus belles perspectives de carrière, mais certainement pas plus de temps de qualité avec Dieu et nos familles.
Bronnie Ware, infirmière en soins palliatifs, a passé des années à recueillir les plus grands regrets des personnes en fin de vie pour, finalement, les compiler dans un livre. L'un des 5 regrets qui revient le plus souvent est celui ci :

J’aurais dû travailler moins.

« C’est un regret qui revient chez tous les patients masculins que j’ai eus à soigner. Ils n’ont pas vu leurs enfants grandir, et n’ont pas prêté assez d’attention à leur compagne. » dit-elle.
A méditer....


Nous savons tous que temps est une denrée périssable. Nous avons besoin de la sagesse de Dieu parce que le temps file et que chaque journée comptera 24h, pas une minute de plus, pas une de moins et ceci qu'on le veuille, ou non !

"Si quelqu'un d'entre vous manque de sagesse, qu'il demande à Dieu, qui donne à tous, simplement et sans reproche et elle lui sera donnée." Jacques 1-5




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(1) Max Weber, L'éthique protestante et l'esprit du capitalisme, chap.II (Éthique du métier), § 2, traduction Flammarion, 2000.







jeudi 22 février 2018

Des repères pour les familles dans l’église-4-Des repères temporels

Les rites de passage :

Actuellement, le gouvernement français réfléchit à  la question du service civique obligatoire. Il serait une sorte de rite de passage avec cérémonie finale et remise d'un livret citoyen.

Les rites de passage, qui sont présents dans plusieurs cultures, sont un bon moyen de "poser une borne" dans la vie de quelqu’un. Ils nous donne une idée de là où nous en sommes. Ces moments sont comme des points d’arrêts où nous regardons en arrière pour tirer des leçons ou fêter nos avancées du passé. Ils permettent de regarder la prochaine étape et les nouvelles responsabilités qui nous attendent plein de confiance.

Voici le témoignage d'un couple pastoral qui explique comment ils ont mis en pratique les rites de passage dans leur propre famille avec leurs enfants :

séminaire-sur-les-rites-de-passage

Certains outils mis à disposition par les fabricants de joie peuvent être un bon support pour la mise en place de rites de passage en groupe. Plusieurs églises et différentes communautés les utilise déjà depuis plusieurs années:

Tilt : programme d'une dizaine de rencontres pour les 10-13 ans visant à la préparation de l'adolescence. Il aborde des points spirituels mais aussi très pratiques de cette période de vie.
N'hésitez pas à me contacter pour avoir le dossier complet.





Camps Niko : camp de 5 jours en nature ou en ville ouvert aux adolescents dès 14 ans dont le contenu n'est pas révélé à l'avance...
Il vise à être défié et amène le jeune à dépasser ses craintes personnellement et en équipe. Il permet de découvrir ses forces et ses capacités en les expérimentant de façon concrète.


Les dates anniversaires/les fêtes de la famille :

Dans l’ancien testament, Dieu prend le temps de donner des instructions quant aux événements à fêter. Le principe de commémoration est défini avec beaucoup de détails et les hébreux prenaient le temps pour cela. Souvent il fallait plusieurs jours et toutes sortes de rituels s’enchainaient.

En fêtant certains événements, nous en commémorons le souvenir. Face aux défis de la vie, nous pouvons nous rappeler de la manière dont Dieu nous a secourus et bénis autrefois, regarder le chemin que nous avons déjà parcouru et être encouragés pour passer à la suite. Il y a beaucoup d’espérance et de foi à retirer de ces moments de pauses et de fêtes.
Le problème est bien souvent que nous n’avons pas le temps pour le faire. Malheureusement ce sont ces événements marquants qui constituent notre boîte à souvenirs de famille.
Si nous ne prenons pas le temps de fêter et une fois que les enfants auront quitté la maison, nous restera-t-il quelque chose de toutes ces années, mis à part la sensation que le temps est passé trop vite? Nos souvenirs communs seront-ils assez forts pour donner l'envie à chacun des membres de la famille adulte de continuer à passer du temps ensemble?

Les fêtes régulières contribuent à l'entretien d'un climat de joie, de reconnaissance et de satisfaction  envers Dieu et les autres personnes de notre famille. C'est essentiel  pour une bonne atmosphère familiale, ne nous en privons pas!



On pourrait par exemple:


- Organiser un pique-nique et fêter l’arrivée des grandes vacances en listant et en rêvant de tout ce qu’on aimerait y faire.



- Évidemment, fêter les anniversaires des membres de la famille en prenant un temps spécial pour dire ce qu’on apprécie particulièrement de la personne fêtée.


- Plusieurs familles peuvent s’organiser pour mettre en place un rite de passage pour l’entrée à l’école ou au collège. Préparer une journée d’épreuves et défis à relever (auxquels l’enfant ce sera préparé au préalable) puis expliquer aux enfants les nouvelles attentes et les nouvelles libertés qui seront les siennes à compter de ce jour. Pour finir faites une belle fête ! Le mieux est d’en faire un événement public où plusieurs enfants du même âge passent par ce rituel ensemble.




Dans l’Église :


- Faire une fête de reconnaissance et citer toutes les bienfaits de Dieu de l’année. Les personnes peuvent librement aller les unes vers les autres et se dire merci pour une chose spécifique. Encourager les familles à commencer par le faire entre elles d’abord.



- Pour l’occasion des baptêmes, penser à un rituel de "bienvenue dans la famille", un cadeau par exemple, organiser une fête publique de célébration. A partir de là, on peut expliquer à la personne baptisé ces nouveaux droits et devoirs envers la communauté et lui exprimer notre soutien fraternel.



- Former les couples avec une préparation au mariage, à la naissance, au "nid vide" (lorsque les enfants quittent le foyer) ou du moins établir un partenariat avec une association spécialisée pour ces thèmes. Les moments de grandes transitions sont considérées par les psychologues comme des crises normales de la vie. Normales, peut-être, mais crise quand même ! Elles sont bien souvent mieux vécues et négociées quand elles sont préparées. Mieux vaut prévenir que guérir .




- Organiser un apéro de rentrée en Septembre où on invite les enfants scolarisés du quartier et les collègues de travail. On peut regrouper les personnes par secteur d’activités et les enfants par classe puis s’encourager et prier pour l’année ensemble.






mercredi 21 février 2018

Temps fun avec les jeunes du prochain camp Niko

Philippe a organisé un temps-fun pour mieux faire connaissance avec les jeunes alsaciens qui participeront au prochain camp Niko.
Jeux de société, foot et basket au programme. Tout le monde s'est bien amusé.

J-5 avant le départ au camp!


Cherchez l'intrus, qui aimerait déjà faire un camp Niko...


lundi 19 février 2018

Le manuel Patacell 2...vient de sortir !


Anne Laure, notre responsable Fabricants de joie en France nous annonce une bonne nouvelle!
Avec toute une équipe de mamans, elles publient le manuel Patacell 2 pour les 4-7ans (suite de Minicell pour les 0-3ans et Patacell ). L'an dernier, j'ai eu l'occasion avec une autre maman, de réunir un groupe d'enfants de différents horizons sur une période de 3 mois autour de Patacell 1. Il y a eut un bénéfice certains pour les enfants mais aussi pour les mamans présentes et c'est vraiment très simple à mettre en oeuvre. Tout est bien expliqué et pratique. Merci les filles !

Voici une petite vidéo de présentation : 



Je lui laisse la parole : 

"Nous voulions approfondir le thème de l'identité afin de pouvoir dire aux enfants qu'ils sont précieux et aimés de Dieu. Nous pensions que le manuel et le CD seraient vite achevés mais le processus d'élaboration a été assez long…

Tandis que nous préparions des thèmes assez traditionnels tels que « Tu es une créature merveilleuse », « Dieu t'a créé à son image », ou « Dieu t'aime », nous avons réalisé à quel point ces notions étaient difficilement compréhensibles pour les jeunes enfants. Qu'est ce que cela signifie réellement lorsqu'on a 5 ans ? 🤔
« Si Dieu m'a crée à sa ressemblance, cela veut-il dire qu'Il a les cheveux longs comme moi ? Ou que je vais avoir une longue barbe blanche ?! Bien sûr que non ! Mais alors … » [1] 
Dieu nous a poussé à donner un sens tangible à toutes ces vérités bibliques. Nous le savions, les enfants vivent, grandissent et apprennent dans un monde concret. Ainsi nous nous sommes laissées défier à les rejoindre dans leur langage.

Mais plus que de transmettre des notions, notre désir était, et est toujours, de voir les enfants ancrer dans l'amour de Dieu, désirants l'aimer avec tout ce qu'ils sont, conscients de la richesse de leur personnalité et des défis qu'ils ont à relever.

En créant ce nouveau programme, encore une fois, nous nous sommes émerveillées face à la richesse de la création et, plus particulièrement, devant tout ce que Dieu a façonné chez l'être humain. Comment ne pas donner toute la gloire à notre Créateur ?

Reconnaître qui est Dieu et ce qu'Il a fait ouvre une voie vers l'acceptation de soi, donne du courage lorsqu'il faut prendre une bonne décision (par exemple : choisir d'aimer, gérer sa peur ou sa colère, résister, etc.). Tout simplement, cela nous donne envie de Lui faire pleinement confiance !
Depuis quatre ans, nous avons mené plusieurs « programmes tests » :
  • à la maison,
  • dans une école chrétienne,
  • dans une école du dimanche,
  • dans des groupes de quartier avec des enfants chrétiens ou sans arrière plan confessionnel.
Chaque fois, nous avons vu les enfants grandir dans la compréhension de qui ils sont, être affermis et aimer Dieu. Et ce bon virus nous a également atteint !
Et c'est pour cela que je suis très contente de t'annoncer la sortie du deuxième manuel Patacell' A la découverte de mon identité.
Dans tous les cas, j'espère que tu pourras entrer dans cette découverte de l'identité avec les enfants de ton entourage et en voir de beaux fruits !
Je t'invite à aller découvrir plus en détails ce deuxième manuel Patacell' sur cette page
 Si tu habites près de la Suisse, une formation très spéciale aura lieu samedi 10 mars à Yverdon. N'hésite pas à te joindre à nous si tu en as la possibilité !"

Mateo joue du Cajon à l'école/Intervention de Yoann

Mateo a joué du Cajon pour la louange lors du culte de semaine de son école. Cela faisait quelques temps qu'il voulait le faire et l'occasion s'est présentée! Merci Seigneur !
Yoann est intervenu ce matin auprès des jeunes et les a poussés à sortir de leur zone de confort en allant sur le terrain missionnaire. Puis il les a interpellés à ne pas forcément travailler dur à l'école juste pour avoir une belle maison, un bon travail et une belle voiture. C'était engageant pour plusieurs et nous avons déjà quelques bons retours. Merci Yoann!






dimanche 18 février 2018

Petit tour des églises de la région (suite)

Nous avons visité une nouvelle église ce dimanche. Celle de notre ami Paul à Soultz. Une petite congrégation avec pleins de qualités et beaucoup de liberté pour s'exprimer.
Merci pour votre accueil !


samedi 17 février 2018

Chamallows-louange?

Zelia a été bien malade ces derniers jours et Lucie a toujours la hanche bloquée.
Du coup Philippe a eut l'idée que notre temps de louange prenne une tournure chamallows.
Autour d'un bon feu de cheminée nous avons grillé des chamallows et prononcé un sujet de reconnaissance pour chacun d'eux.
Il y en a eut beaucoup ! Un super moment reboostant pour tout le monde !

vendredi 16 février 2018

Des repères pour les familles dans l’église-3-Des repères historiques

Les anciennes générations/ les grands-parents :

Leur rôle devient de plus en plus essentiel et leur influence dans l'éducation des enfants de plus en plus forte.
En effet, en 1960, seuls 5% des enfants naissent avec leurs 4 grands-parents vivants contre 61% en 1990. Dans cette même période, le taux d’activité des femmes est passé de 25 à 75% et c’est très souvent les grands-parents qui prennent le relais pour la garde des enfants.
Ces statistiques sont valables pour aujourd'hui, nos enfants passent de plus en plus de temps avec leur grands-parents. Si le rôle de chacun est bien défini, c'est un partenariat très enrichissant.

En réalité, les anciennes générations sont comme un socle. Elles nous aident à nous rappeler d’où nous venons et nous permettent de nous inscrire dans l’histoire de notre famille, ceci avec notre identité propre.
Pour savoir qui je suis, je dois savoir d'où je viens et où je vais.

Malheureusement, nous ne connaissons généralement pas l’histoire de nos ancêtres. Pourtant, nous avons besoin que quelqu'un témoigne de nos origines. Savoir que nous ne sommes pas un électron libre venu de nulle part et qu'il n 'y a pas que Napoléon qui a une histoire, nous aussi nous en avons une!

Ceci dit, notre culture occidentale n'est pas axée sur l'idée de transmission inter-générationnelle, qu’elle soit sur un mode oral ou même écrit (ce n’est pas le cas du peuple hébreu par exemple, qui est riche d’enseignements à ce propos). Du coup nous n’avons pas ou peu de coutumes, d’habitudes familiales et de croyances qui passent d’une génération à l’autre. C'est pourtant cela qui constitue notre héritage familial.
Souvent, le résultat est que les enfants peuvent se sentir éloignés de l’Histoire avec un grand H, car il n' y en a pas de trace dans leur histoire personnelle. 
Je crois que si les enfants entendaient les témoignages des anciens de leur famille pour leur parler de l’Histoire de leur pays, cela les aiderait à trouver leur identité et le rôle qu'ils ont à jouer dans leur génération.

Grands Parents, vous avez donc une mission importante !

Voici une petite vidéo de Guy et Joële Zeller ( responsables des fabricants de joie) qui traite du rôle des grands-parents dans la transmission de la foi.





Quelques idées concrètes...

Dans la famille :

- Écrire un livre, un blog, faire des albums photo ou vidéo, faire un Timeline ( sorte de frise chronologique sur une page qui raconte toute notre vie de la naissance jusqu’à aujourd’hui) qu’on laissera à nos enfants. 


- Valoriser la place et le rôle des grands-parents en passant du temps avec eux. Par exemple, proposer que le repas traditionnel du dimanche avec les grands-parents soit un temps de partage de leurs expériences de vie, de leur vécu dans la foi, de leurs recettes de cuisine, souvenirs d’enfance….



- Constitution d’un héritage familial ( pas seulement financier). Dans nos projets de vie, penser à long terme, pas seulement à notre génération, se demander l’impact de nos choix pour ceux qui viennent après nous. Cela implique de rechercher quel est notre appel familial et d'y accompagner nos enfants. 
Dans la bible, David savait que ce n’était pas lui mais Salomon, son fils qui devrait construire le temple. Il a quand même pris la peine de tout préparer pour sa construction.



Dans l’Église :



- L’Église doit penser à former les grands-parents, qui se retrouvent parfois un peu coincés à identifier leur rôle. Souvent, il y a un écart entre la manière dont ils souhaitent transmettre à leurs petits enfants d'un côté, et les attentes des parents à ce sujet de l'autre.
On peut organiser des séminaires traitant de la mission des grands parents pour clarifier ces relations.


- Faire des parrainages entre 2 personnes de générations différentes pour qu’elles puissent prier et s’encourager durant une année par exemple.


- Proposer une soirée «  racontes-moi une histoire » où les grands parents peuvent partager des témoignages, prier et encourager les familles.


- Établir un partenariat avec une maison de retraite ou un accueil de jour pour personnes âgées pour y faire des visites régulièrement.

Lucie est au repos forcé !



Lucie avait mal à la hanche gauche depuis plus d'un mois maintenant. Elle a même du mal à marcher quelques pas depuis ces derniers jours.

Après visite chez le médecin, il s'avère qu'elle a le syndrome de Lacomme qui touche les femmes enceinte au dernier trimestre de grossesse. Il n'y a pas grand chose à faire...


Merci de prier pour qu'elle aille mieux. La perspective de passer les 3 derniers mois de sa grossesse ainsi ne la réjouit pas beaucoup.

dimanche 11 février 2018

Des repères pour les familles dans l’église-2-Des repères spirituels


Il paraît que seul 44% des jeunes européens souhaiteraient accorder plus d’importance au domaine  spirituel (contre 89% des jeunes chinois). On est forcés de constater que les jeunes ne veulent plus s'attacher à des valeurs, ce qui entraîne une hausse avérée de la violence et de la délinquance depuis ces dernières années. 

Beaucoup de lois (pas toutes) sont basées sur les 10 commandements de l'ancien testament.
La transmission des valeurs sous-jacentes à ces ordonnances divines est primordiale. Les familles chrétiennes tirent leurs valeurs de ce que Dieu commande ou conseille dans sa parole et de la façon dont elles le voit agir dans leurs vies ou celle des personnages bibliques du passé. En d'autre terme, nos repères spirituels viennent de la parole de Dieu et de ses actions. 
Si nous voulons que nos enfants construisent des repères spirituels pour eux même, comprenons bien qu'ils feront la même chose : il vont venir puiser au coeur de nos paroles et nos actions. 
La question est : Avons nous, parents, nos propres repères spirituels ?
Il n'y a pas de secret pour que ces repères demeurent des ancrages solides dans nos vies : Prier, écouter Dieu et lire sa parole régulièrement. Motivés par notre amour pour lui et ... sa grâce !
Il est vrai que nous avons notre part à jouer en leur donnant l'exemple, mais nous devons en premier lieu aider nos enfants à développer leur relation personnelle avec Dieu. Une fois que celle-ci est établie, l'amour qu'ils auront pour Dieu les poussera à lui faire plaisir et à lui obéir, et cela, pas juste parce que papa et/ou maman l'ont dit.

Quelques clés pratiques :

En famille :

- Organiser des temps d’échanges en famille sur un passage biblique simple et s’interroger sur les valeurs qui en ressortent.

-  Faire une liste avec les valeurs importantes de notre famille et les afficher dans la maison.
 Du style : « Dans la famille « X » on aime la politesse, le respect…. On aime pas les disputes, les injures…


-  Prier et écouter Dieu régulièrement ensemble et les uns pour les autres. Cela peut se faire de façon courte et naturelle au cours de la journée.

Il y a une collection de 20 DVD bien adaptée pour les enfants ( 4 /6 ans, épisodes de 20min) qui traite des valeurs comme le courage, la responsabilité, la bonté… : « Le monde de Kingsley ».







Dans l’Église :

-  Planifier des cultes familles régulièrement. Je ne parle pas ici d'un culte où les enfants ne sont tout simplement pas dans leurs classes d'âge mais au culte avec leurs parents. Je parle d'un culte avec un programme qui donnera clairement l'occasion aux familles d'expérimenter la lecture de la Bible, la prière et l'écoute de Dieu ensemble de façon concrète et immédiate. Cela leur donnera l’impulsion et les idées pour continuer à la maison et pourrait être le début d’un vécu spirituel commun pour plusieurs d’entre elles. Les 10 commandements pourraient servir de fil rouge par exemple.

-  Penser à des activités favorisant les échanges et les relations entre les familles. Une simple sortie au parc de temps en temps permet souvent de créer des liens plus approfondis. Le fait de s'ouvrir les uns aux autres peut être un pas difficile car cela éprouve nos propres valeurs et parfois même, les remet en question. Cependant il y a beaucoup à apprendre en se confrontant au contact d'autres familles qui sont différentes de la nôtre certes, mais qui se posent bien souvent les mêmes questions que nous.


-  Inviter des papas et mamans à une soirée « café-parents » pour les aider à définir les valeurs de leurs famille. Il peut y avoir des temps de partages en petits groupes sur des thèmes comme : la bienveillance, la confiance en soi, l’engagement, la jalousie, l’autonomie…

jeudi 8 février 2018

Intervention de Yoann à l'école (camps Niko)

Yoann va intervenir à l'occasion du culte de semaine le lundi 19 février auprès des collégiens et lycéens de l'établissement Daniel. Il est responsable des camps Niko au niveau international et il voyage beaucoup.  D'ailleurs, il participera au prochain camp Niko en France avec Philippe et les élèves qui l'accompagneront en fin de mois.

Nous avons passé une soirée ensemble pour apprendre à le connaître et partager. Tout le monde a  bien apprécié ses différents témoignages, particulièrement l'histoire des conversions sur le continent asiatique lors de tournées d'évangélisation à Vélo.
Un excellent partage !

mardi 6 février 2018

Des repères pour les familles dans l’église -1- Introduction


Le concept de « l’anomie » ou d'une société "en perte de repères", fut élaboré par le sociologue Émile Durkheim pour décrire une situation où l’affaiblissement des règles et des valeurs imposées par la société aux individus, alimente un sentiment d’insatisfaction, d’isolement ou d’aliénation. Selon le ministre de l’Économie, «une forme d’anomie s’est installée au cœur de notre société qui procède d’une perte de repères chez des individus qui n’ont plus de perspectives familiales,
professionnelles. (1).

Ce constat est souvent posé lorsque l’on parle de notre génération ou de celle qui arrive. On se demande où sont les balises et les jalons auxquels il faut se raccrocher. Surement, nous sommes les victimes de la génération qui nous précède à ce propos. La perte de repère est plutôt un processus qu’un événement qui nous tombe dessus tout à coup. Ceci dit nous n’en sommes pas moins responsables pour l’avenir de nos familles.

Prenons le temps de nous arrêter, faire le point et poser une borne pour ceux qui viennent après nous sur le chemin de la vie. Il faut le dire, c’est vrai : le temps défile à toute allure, du coup, nous courrons après lui pour nous rendre compte que finalement nos valeurs, nos objectifs et nos rêves se sont perdus en route. Alors, finalement, on se sent un peu perdus aussi …

A ce propos, il s’avère que la définition du mot « repère » est tout à fait intéressante : 

« Repère est beaucoup plus fréquent que repaire. À l'origine, repère et repaire sont le même mot qui signifie « retour chez soi, chez le père » (cf. rapatrier). La distinction dans l'écriture s'est faite au XVIIIe siècle pour marquer les deux sens différents du mot. »



Le retour « chez le père »

Bien sûr c’est le retour chez le père divin qui nous apporte toute la sécurité, l’affection et le cadre dont nous avons besoin. Le repère parfaitement équilibré entre grâce et vérité pour nos vies et l’éducation de nos enfants. Ne nous leurrons pas, nous, parents, ne serons jamais des repères parfaits. C’est pourquoi nous devons encourager dès le plus jeune âge nos petits à aller régulièrement vers celui qui ne les décevra pas.

D’autant plus avec l’augmentation du nombre de familles monoparentales (2) où c’est souvent le père qui est plus absent et la mère qui s’occupe seule des enfants. Dans la bible, lorsqu’Abraham a chassé Agar et son fils Ismaël, Dieu s’est occupé d’eux, particulièrement en prenant la place du père manquant, il ne les a pas laisser tomber. (voir Genèse 21-9 à 21).

Rappelons-nous que Dieu a un plan et des promesses pour nos familles. 



Le retour « chez soi »

Le foyer est bien le lieu de repère par excellence, celui où l’on revient à chaque jour. 

Cela me fait penser que j’ai pu approcher un peu le monde de l’aide social à l’enfance et être face à des modèles parentaux dysfonctionnels, voir même carrément destructeurs. J’ai été étonnée d’apprendre que peu importe les agissements bons ou mauvais d’un papa ou d’une maman, la parole qui sera la plus forte et aura le plus d’influence dans la vie d’un enfant, sera toujours celle de ses parents. Il cherchera à leur donner satisfaction et à rester près d’eux même si ça lui coûte. Ils sont ses repères et l’enfant ne se voit pas être séparé d’eux.

La force de transmission lié à l’attachement familial est incroyable. Cela induit qu’aucun autre moyen que la famille n’est aussi efficace pour l’éducation des enfants. C’est un processus tout à fait naturel.

Cette force familiale est cependant en perte de vitesse. Aujourd’hui, seulement 70% des jeunes français voient la famille comme l’un des piliers de la société, (contre 94% des jeunes chinois). Nos jeunes ont besoin de pouvoir revenir chez eux comme le fils prodigue l’a fait en son temps (voir Luc 15- 11 à 32) pour y retrouver leurs repères. 

Mais nous même, parents, avons-nous nos propres repères? 

Le père de cette histoire est un bon exemple à suivre : Il a démontré de l’affection à son fils, un amour inconditionnel. Il lui a rendu une place digne dans la famille, rappelé son identité de fils et à même organiser une fête spéciale en son honneur.

Sommes-nous prêts à les accueillir comme l’a fait ce père ?

-----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


(1) Article du journal « Libération » 01-06-16

(2) - Le nombre de familles monoparentales a considérablement augmenté ces dernières années en France. Alors qu'elles ne représentaient qu'une famille sur 10 en 1990, elle sont désormais plus d'une famille sur cinq.
On atteint également 11% de familles recomposées.

lundi 5 février 2018

Tournée au Cambodge

Cet été, la famille se sépare pour servir !
Philippe a choisi de consacrer ses vacances d’été pour partir en mission au Cambodge avec Mateo.
Lucie, elle, restera en France avec Zelia et bébé pour continuer à développer des ressources pour les familles.
Les garçons auront l'occasion de prendre quelques jours là-bas pour un temps papa-fils et discuter ensemble du début de l'adolescence, car Mateo fêtera ses 12 ans en juillet!



PRESENTATION

Le Cambodge est un pays d'Asie du Sud-Est situé entre la Thaïlande et le Laos. Très marqué par le génocide que sa population a subi dans les années 70, le pays tout entier garde les traces de son histoire. 
Nous nous investirons plus particulièrement auprès des familles chrétiennes et des enfants défavorisés. Nous organiserons aussi des formations pour les églises dans le but de soutenir les chrétiens du pays.

OBJECTIFS : 

1/ ENCOURAGER LES ÉGLISES ET LES FAMILLES.
2/ LOUER DIEU ET PROCLAMER SES BIENFAITS.
3/ REJOINDRE LES ENFANTS SUR PLACE.

REJOIGNEZ-NOUS : 

Cette Tournée est ouverte aux familles, enfants (dès 10 ans seul), jeunes et adultes.

INFOS :

https://www.fabricantsdejoie.fr/cambodge

https://www.fabricantsdejoie.fr/partez-en-mission-en-2018/

AIDEZ-NOUS : 

Vous ne pouvez pas partir avec eux mais vous voulez les soutenir ?

IBAN : FR76-1451-8292-6701-8749-8474-075
Paypal : philippe.dsj@gmail.com

N'hésitez pas à nous contacter !

Marc 16-15 : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création.