POUR NOUS SOUTENIR :

Formulaire : Promesse de don
Montant de la Cagnotte : 530/ 1000 €



lundi 24 septembre 2018

Du temps pour les familles dans l'église, bonus

Le temps et la culture :

Concernant le rapport à la notion de temps, la culture d'origine est aussi déterminante. Certaines problématiques peuvent se poser à ce niveau, surtout pour les couples mixtes, originaires de familles et de cultures différentes.
Dans certaines régions d’Afrique par exemple, on peut attendre un autocar toute une journée sans se formaliser. Il y a une prévalence de la notion d’éternité sur les urgences du présent…


J'aimerai reporter ici une étude spécifique à ce sujet :

"Etre ou ne pas être en retard est également une question de culture… et de climat. Ainsi Belges, Allemands et Japonais jouissent d’une réputation affûtée en matière de ponctualité. A Rio de Janeiro, en revanche, le retard fait l’objet d’un véritable culte : um momentinho, un petit moment d’attente, dure forcément une heure… Et en France ? Invité à dîner, difficile de déroger au fameux "quart d’heure de politesse" (ou à sa version longue la "demi-heure lyonnaise") : arriver pile à l’heure chez des amis est jugé inconvenant.

On distingue les cultures monochroniques (Amérique du nord, pays scandinaves, pays germaniques, Pays-bas, Royaume-uni...) et polychroniques (Amérique latine, Moyen-orient, Afrique, Asie et dans une certaine mesure France ou Grèce) selon le rapport de celles-ci au temps.


Les cultures monochroniques ont une vue du temps linéaire et compartimentée, alors que les polychroniques en ont une plus flexible. Dans les cultures polychroniques, les choses sont plus importantes que le moment pour les faire. Les cultures monochroniques accordent de l’importance à la ponctualité, au contraire des polychroniques, qui sont moins organisés, mais capables de faire plusieurs choses en même temps.

Les cultures monochroniques se retrouvent le plus fréquemment dans les cultures individualistes et "low-context" (souvent orientés sur la tâche) et les polychroniques dans les "high-context" ( souvent orientés sur les relations) et communautaristes.

Dans les cultures occidentales, la pensée fonctionne selon un schéma linéaire par lequel un effet entraîne une cause. E.T. Hall relie ceci aux fondements religieux de vérité révélée et considère que cela permet de comprendre la volonté de maîtriser son environnement.
Dans les cultures orientales, passé, présent et futur sont interconnectés. Au Japon, on arrive jusqu’à une heure en avance à une rendez-vous.

En Afrique, la perception du temps est historiquement réalisée en séquences et non pas en heures. C'est l’action qui créée le temps, et non l’inverse. »


"Demain n’a qu’à se débrouiller, moi je ne connais qu’aujourd’hui".
Proverbe Soussou (2)




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(2) http://www.managementinterculturel.com/outils/rapport-temps.html

Du temps pour les familles dans l'église, 4

La gestion du temps dans la famille:

Celà devient de plus en plus complexe alors que le nombre des membres de la famille augmente. Chacun a des besoins en temps très différents, que ce soit en terme de repos, de temps pour faire les choses ou pour gérer ses émotions.
L'un sera toujours le dernier à rester à table car il aime manger lentement. Un autre appréciera de faire une chose à la fois de façon attentive et méticuleuse. Certains auront besoin de régler un conflit immédiatement alors qu'un autre aura besoin de se calmer un peu tout seul d’abord.
Apprenons à bien connaître nos familles pour plus de fluidité dans nos relations.

Parfois, certaines choses nous paraissent urgentes mais ne sont pas vraiment importantes,
par exemple : regarder la video que « y » vient d’envoyer sur whats’app.

D'autres, au contraire, sont importantes mais ne revêtent pas de caractère d'urgence,
par exemple : prendre un moment seul à seul avec ma femme/ mon mari.

C'est pourquoi, nous devrions essayer d'être intentionnel dans le domaine de la gestion du temps.

Dans la famille, on pourrait : 

- Identifier les voleurs de temps : 

Je vous propose d'observer la matrice d'Eisenhower pour plus de lisibilité sur la question.
Apliquée à la famille, ce tableau peut devenir interessant. Tout en Sachant qu'il est normal que nous passions du temps dans chacune de ces cases et que le but n'est pas d'en éliminer une. 


La question à se poser est plutôt : Combien de temps nous passons dans chacune de ces cases?

Déléguer au maximum, ce qui est urgent, mais pas important. 
Dire non à certaines sollicitations par exemple. Cela concerne beaucoup de nos mails, notifications téléphones, sms. Il peut aussi s'agir de la copine qui téléphone tous les jours pendant une heure pour nous parler de la pluie et du beau temps… 
Nous pouvons rester sociables mais intelligents tout de même!

Eliminer ce qui n'est ni urgent, ni important.
Un bon ménage de printemps ! Prenez un temps régulièrement pour faire du tri, classer, ranger et jeter. On m'a dit un jour qu'une coutume juive consiste à donner tout ce qu'on a pas porté ou utilisé durant l’année écoulée: les vêtements, les jouets, les meubles... C'est peut-être une bonne méthode.
De même, certains "passe-temps" ne nous apporte que peu de bénéfice, voir aucun  :
combien de temps passons-nous à nous balader sur le net, sur le fil d’actualité des réseaux sociaux, à faire du zapping télé ou du lèche vitrine?

Faire, ce qui est urgent et important. 
Attention à la procrastination ! "Ne remets pas à demain ce que tu peux faire aujourd'hui".
Quelques exemples : se lever quand le réveil sonne, régler une situation compliquée, faire réciter ses leçons au grand, doucher la plus jeune, aider un ami qui a eu un accident, les tâches de la maison, répondre à un mail important....
Parents, faites vous aider! Les grands-parents, des amis ou bien des jeunes gens qui cherchent à gagner un peu d'argent peuvent être de bons soutiens à ce niveau.


Planifier, ce qui n'est pas urgent, mais important.
On a souvent pas mal de travail ici, car celà nous demande de l'anticipation et de la volonté.
Prévoir un moment entre amis, un week-end en amoureux, réparer ce jouet que le petit dernier attend depuis un mois, lire un bon livre, prier...

Dans l’église  on pourrait :

- Organiser un tournus de garde d’enfants. Cette semaine c’est la famille « Y » qui fait une sortie avec les enfants de la famille « X » pendant que les parents « X » se détendent, le mois prochain, on inverse …

- Prier pour le domaine du travail des parents régulièrement.

- Attacher une attention particulière à ne pas surcharger l'emploi du temps des familles en début d'année en les engageant pour un service dans l’eglise.


Le quotidien dans la famille :

Voici un tableau (qui date un peu, certes!) qui nous parle du quotidien en France des hommes et des femmes dit "actifs", ayant entre 15 et 60 ans.




Ici, sa lecture n’a pas vocation à alimenter la comparaison homme/femme concernant les temps domestiques. 
Il nous permet juste de nous rendre compte que nous avons en moyenne 4h/jour pour les temps libres.

Il semble que nous ne manquions pas de temps, mais que la question à se poser serait plutôt : 
Qu’en faisons nous ?


Du temps pour les familles dans l'église 3

La croissance :

En tant que parents, nous devons savoir que selon la période de vie dans laquelle nous nous trouvons, notre perception du temps est différente.

L'enfant de moins de 6 ans ne prend pas en considération le temps, ce n'est pas sa priorité. C'est pour celà que le simple fait d'aller 5 min au coin peut générer une grosse crise. Ou encore qu'un petit moment de séparation semble une éternité. Pour résumer, le temps qui passe n'est pas son souci car il n'en a pas pleinement conscience.
Ecclésiaste 3-11, nous dit que "Dieu a mis dans le coeur de l'Homme la pensée de l'éternité", c'est très clair dans cette tranche d'âge où le temps n'a pas de limites.


Après l'âge de 8 ans et l'apprentissage de l'heure, l'enfant peut commencer à saisir l'importance du temps qui passe. Il connaît les jours de la semaine et la différence entre le matin et le soir.
Gérer son temps est un apprentissage et c'est le bon moment pour commencer à l'aider pour s'organiser et anticiper.
Dans le texte de la création, cité en Genèse, Dieu a bien anticipé le fait que les plantes, les arbres, les fleurs auraient besoin de lumière pour vivre. Il s'est donc organisé pour créer le soleil avant de créer les végétaux.

Un adolescent n'aura aucun mal à vivre le temps présent et à profiter de ses nouvelles libertés sur le moment, mais aura du mal à se réorganiser. Il comprend qu'il ne pourra pas tout faire dans une journée mais a encore du mal à l'assumer. La conscience de préparer son avenir aujourd'hui commence aussi à devenir plus claire pour à cet âge là. D'ailleurs, a 12 ans, Jésus était déjà bien au courant qu'il devait s'occuper des affaires de son père.


La vie dans le présent :

J'aime dire que le passé et le futur appartiennent à Dieu, seul le présent dépend, aussi, de nos propres choix.
Notre passé, ce sont nos souvenirs et nos expériences, qui nous donnent la force et la foi pour agir dans le présent.
Notre avenir, c'est de garder les yeux rivés sur le but et l'espérance de la récompense à venir alors que nous avançons!

En réalité, nous ne pouvons agir que dans le présent et rien d'autre.
On ne peut pas gaspiller notre temps présent en ayant peur ou en rêvant de l'avenir, ni en stagnant dans la nostalgie ou en ressassant le passé.

"Ne vous inquiétez donc pas du lendemain; car le lendemain aura soin de lui même. A chaque jour suffit sa peine." Matthieu 6-34

"Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées; voici, toutes choses sont devenues nouvelles." 2 Corinthiens 5-17

Vivre dans l'anticipation permanente du lendemain peut venir d'un problème d'anxiété. Il s'agit de soucis et celà peut avoir un impact négatif sur nos familles. Une personne anxieuse est souvent négative et peut devenir source de doute et d'insécurité pour ses proches.
On peut aussi avoir du mal à passer à un nouveau chapitre de notre vie
De même, il est important de prendre le temps nécessaire, personnellement, pour tourner la page du passé et/ou délaisser ses inquiétudes du lendemain. C'est nécessaire pour l'équilibre quotidien de toute la famille.

"Vous devriez dire, au contraire: Si Dieu le veut, nous vivrons, et nous ferons ceci ou cela." Jacques 4-15
"Quand je serai marié, je ferai ceci et cela , quand j’aurai des enfants..., quand je serai à la retraite...
Si j'étais encore célibataire, je pourrai faire tout ce que je veux!
Si seulement j'étais encore jeune.... "

Avec ce genre d'idées, on se met à se comporter comme en dehors de notre étape de vie, du coup notre vie peut devenir très frustrante !


Il existe différentes approches de relation d'aide chrétiennes qui peuvent être un bon soutien lorsque l'on veut faire face à ce genre de questions et être soutenu dans nos transitions de vie.
Ce sont bien nos choix présents qui détermineront notre avenir et le passé de nos enfants devenus adultes. Il est donc de notre responsabilité de vivre notre présent en le gérant avec sagesse.

Les priorités :


Etant donné que la durée d'une journée n'est pas extensible, nous sommes contraints de fonctionner par priorisation.

La bible nous parle dans Luc 10-38 à 42, de l'histoire de 2 soeurs : Marthe et Marie. Elles reçoivent Jésus dans leur maison mais elles n'ont pas du tout les mêmes priorités dans leur coeur. Alors que l'une s'affaire à servir aux tâches pratiques, l'autre est aux pieds de Jésus pour l'écouter. Puis, Marthe se plaint à Jésus que sa soeur ne l'aide pas. Au lieu d'aller dans son sens, Jésus lui fait remarquer qu'elle n'a pas choisi la bonne priorité à ce moment là. Cela nous semble pourtant logique et légitime de la part de Marthe.
En tant que maman, je me vois bien à sa place...
Au fond, je ne crois pas que Marie était une fainéante. Je pense simplement qu'elle a vu là une occasion à ne pas manquer. Elle avait bien le temps d'astiquer et de servir les autres ! Jésus en personne était dans son salon !
Avoir le privilège d'un moment particulier de dialogue avec Jésus, sans la foule, en entretien privé dans sa propre maison, cela aurait sûrement dû être une priorité pour Marthe!

Au final, ce passage nous montre qu'un même laps de temps peut-être utilisé de façon totalement différente selon nos choix personnels. Demandons le  discernement pour être en mesure de voir les occasions à saisir et " la bonne part " à choisir sans nous "agiter pour beaucoup de choses" et passer à côté des priorités.

En y réfléchissant, il me semble que les commandements que Jésus a appelé " les plus grands " peuvent nous aider à fixer les bonnes priorités:

Matthieu 22- 37 et 38 nous dit :

"Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. C'est le premier et le plus grand commandement. Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même."

Si on résume : Aimer Dieu puis son prochain comme soi-même. 3 priorités claires.

- La relation à Dieu, en l'intégrant dans notre vie quotidienne par la prière, l'écoute, la lecture de la bible et le service.

- La relation à soi (corps, âme et esprit) en étant responsables et en tenant compte de nos propres besoins à ces différents niveaux.

- La relation aux autres selon le degré de proximité et d'engagement (mariage, filiation, amitié), en accordant du temps de qualité et de l'énergie à chacun, en fonction de leurs besoins et personnalité.


Si on pousse un peu plus loin que de la simple théorie et qu'au lieu de simplement "adhérer" à ces principes on pose des actes concrets dans chacune de ces relations, il me semble qu'en fait, il y a déjà bien assez à faire...


Dans la famille et dans l'église on pourrait :


-mettre en place une équipe de personnes formées en relation d'aide pour prier et conseiller les personnes qui sont comme "bloquées" dans un stade de leur vie.

- Parfois stopper volontairement nos activités pour se mettre aux pieds de Jésus en famille et simplement l'écouter.

- Afficher des pense-bêtes ludiques et imagés dans la maison pour aider nos enfants à s'organiser.


Recherche de fonds pour le réfectoire de l'école de Mateo et Zelia

Le toit du réfectoire où les enfants mangent chaque midi à l'école est dans un état critique...
200 enfants sont scolarisés à l'école Daniel et la plupart prennent leur repas sur place.





Si vous avez à coeur de soutenir cette rénovation cliquez vers ce lien : Dons pour le réfectoire

Merci pour eux !

samedi 22 septembre 2018

Musée Colmar et Quartier libre

Lucie, Mateo et Zelia sont allés au Musée d’histoire naturelle et d’ethnographie de Colmar.
Chouette collection d'animaux empaillés, insectes et minéraux.






Puis, Philippe, Mateo et Zelia ont eu l’occasion de participer à un programme Quartier Libre
Il s’agit d’un des 12 quartiers où des animateurs de l’Eglise de la Porte Ouverte de Mulhouse se réunissent mensuellement.
Une bonne après-midi avec la présence d'une vingtaine d’enfants, heureux du programme.


lundi 17 septembre 2018

Préparation voyage missionnaire au Sénégal

Dans le cadre de notre partenariat FJ/Ecole Daniel, Philippe s'est joint à l'équipe qui organise un voyage missionnaire au Sénégal pour le mois de février avec des élèves du collège et du lycée.
La première réunion de rencontre avec l'équipe ( 20 personnes) et les parents s'est très bien déroulée.
Tout le monde est bien motivé !








dimanche 16 septembre 2018

Réunion bureau FJ France

Nous sommes allés quelques jours à Paris pour rejoindre le reste de l’équipe du bureau F J France.
Nous avons passé de bons moments dans la présence de Dieu à le célébrer et l’écouter.
Des projets extraordinaires sont en routes et nous sommes impatients de les voir s’accomplir .
C’était bon de pouvoir rêver ensemble et avoir du temps avec chacun !
Les enfants, qui ne sont pas avec nous d’habitude, ont aimé être avec leurs amis et ont eu une  promenade près de la Tour Eiffel en prime!









mardi 11 septembre 2018

Les hommes viennent de Mars, les femmes de Vénus

On nous a conseillé de regarder ce spectacle sur le thème des différences Homme/Femme.
Pas mal pour  essayer de mieux se comprendre !


samedi 8 septembre 2018

Journée d’encourangement aux familles, Suisse

Ce samedi, nous avons vécu une Journée d’Encouragement aux Familles organisée par famille de foi  à Tavannes.
Le thème était : Une famille qui remplit son sac de souvenirs.
Pour nous, la perle du jour c’était qu’en arrivant, dans la voiture, Zelia a partagé qu’elle aimerait que pour notre prochaine activité avec les fabricants de joie on puisse faire différents groupes, faire une promenade en forêt, puis revenir tous ensemble.
En arrivant à Tavannes, chaque groupe de deux familles a reçu un objectif différent à réaliser, le nôtre était de faire une ballade en forêt et de construire une cabane dans les arbres!
On a pu donner ce témoignage et aussi rencontrer deux autres familles d’Alsace.
La prochaine JEF que nous vivrons, ce sera pour encourager les familles de l’ecole Daniel , au mois de mars prochain !

Nous avons été accueillis par nos amis et colocataires lors de notre formation au Québec l'an dernier.
Merci pour ces bons moments partagés chère famille !

















lundi 3 septembre 2018

C'est la rentrée

Cette année, Zelia entre au CP et se réjouit déjà d'apprendre à lire et de son bureau tout neuf !
Elle a un bon défi devant elle : elle est la seule fille de sa classe...
Mateo, lui entre en 5° et aurait aimé que les vacances durent un peu plus longtemps.
Joshua, lui, ne s'inquiète pas encore de tout ça !







samedi 1 septembre 2018

Portes ouvertes usine d'embouteillage de Soultzmatt

Pour clôturer les vacances, nous avons fait une sortie à soultzmatt, au coeur de la production des eaux de la ville. Nous avons goûté une limonade rose et même pu remplir nos gourdes avec les eaux de la source avant de partir.
Nous avons terminé la soirée par un culte famille chez des amis.
Demain c'est la rentrée !!