POUR NOUS SOUTENIR :

Formulaire : Promesse de don
Montant de la Cagnotte : 530/ 1000 €



lundi 24 septembre 2018

Du temps pour les familles dans l'église, bonus

Le temps et la culture :

Concernant le rapport à la notion de temps, la culture d'origine est aussi déterminante. Certaines problématiques peuvent se poser à ce niveau, surtout pour les couples mixtes, originaires de familles et de cultures différentes.
Dans certaines régions d’Afrique par exemple, on peut attendre un autocar toute une journée sans se formaliser. Il y a une prévalence de la notion d’éternité sur les urgences du présent…


J'aimerai reporter ici une étude spécifique à ce sujet :

"Etre ou ne pas être en retard est également une question de culture… et de climat. Ainsi Belges, Allemands et Japonais jouissent d’une réputation affûtée en matière de ponctualité. A Rio de Janeiro, en revanche, le retard fait l’objet d’un véritable culte : um momentinho, un petit moment d’attente, dure forcément une heure… Et en France ? Invité à dîner, difficile de déroger au fameux "quart d’heure de politesse" (ou à sa version longue la "demi-heure lyonnaise") : arriver pile à l’heure chez des amis est jugé inconvenant.

On distingue les cultures monochroniques (Amérique du nord, pays scandinaves, pays germaniques, Pays-bas, Royaume-uni...) et polychroniques (Amérique latine, Moyen-orient, Afrique, Asie et dans une certaine mesure France ou Grèce) selon le rapport de celles-ci au temps.


Les cultures monochroniques ont une vue du temps linéaire et compartimentée, alors que les polychroniques en ont une plus flexible. Dans les cultures polychroniques, les choses sont plus importantes que le moment pour les faire. Les cultures monochroniques accordent de l’importance à la ponctualité, au contraire des polychroniques, qui sont moins organisés, mais capables de faire plusieurs choses en même temps.

Les cultures monochroniques se retrouvent le plus fréquemment dans les cultures individualistes et "low-context" (souvent orientés sur la tâche) et les polychroniques dans les "high-context" ( souvent orientés sur les relations) et communautaristes.

Dans les cultures occidentales, la pensée fonctionne selon un schéma linéaire par lequel un effet entraîne une cause. E.T. Hall relie ceci aux fondements religieux de vérité révélée et considère que cela permet de comprendre la volonté de maîtriser son environnement.
Dans les cultures orientales, passé, présent et futur sont interconnectés. Au Japon, on arrive jusqu’à une heure en avance à une rendez-vous.

En Afrique, la perception du temps est historiquement réalisée en séquences et non pas en heures. C'est l’action qui créée le temps, et non l’inverse. »


"Demain n’a qu’à se débrouiller, moi je ne connais qu’aujourd’hui".
Proverbe Soussou (2)




--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
(2) http://www.managementinterculturel.com/outils/rapport-temps.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire