POUR NOUS SOUTENIR :

Formulaire : Promesse de don
Montant de la Cagnotte : 600/ 1000 €



mercredi 19 juin 2019

Des valeurs pour les familles dans l’église-1


1: Connaitre Dieu intimement et réjouir son coeur.

Exode 6 -7 : "Je vous prendrai pour que vous soyez mon peuple, je serai votre Dieu, et vous reconnaitrez que c’est moi, l’Eternel, votre Dieu, qui vous affranchis des travaux pénibles dont vous chargent les égyptiens."

Dès le début du verset, il y a une notion d’appartenance réciproque. « Je vous prendrai pour que vous soyez mon peuple » et « je serai votre Dieu ». Dieu veut être notre Dieu.
Pas juste Dieu mais NOTRE Dieu, celui de chacun des membres de la famille. Il n’a pas pris que les hommes ou seulement les adultes, il a pris tout un peuple. Il veut que petits et grands reconnaissent son action et sa présence concrète dans leurs vies.

Les plus jeunes ne sont pas laissés de côté.
D’ailleurs quelques chapitres plus tôt, dans Exode 1-7, nous lisons : « Les fils d’Israël furent féconds, ils devinrent très nombreux, ils se multiplièrent et devinrent de plus en plus forts : tout le pays en était rempli. »
Qu’est ce qui faisait la grande force des hébreux ? Leur taux de fécondité ! Les femmes étaient vaillantes et avaient de nombreux enfants.
Dès lors, la volonté de Pharaon fut d’empêcher la croissance du peuple de Dieu : « Pharaon donna cet ordre à tout son peuple : « Tous les fils qui naîtront aux Hébreux, jetez-les dans le Nil. Ne laissez vivre que les filles. » Exode 1-22.
C’est à ce moment là que Dieu est intervenu en suscitant Moïse pour sauver son peuple. C’est un peu la goutte qui a fait déborder le vase, s’en était trop. Dieu ne ne pouvait pas laisser Pharaon massacrer les enfants de son peuple.

Les enfants sont précieux aux yeux de Dieu et il établi son alliance avec eux aussi.
Dieu répond à leurs prières, les remplis du st esprit, aime leur louange et veut se manifester au travers d’eux, parce qu’ils font partie de son peuple et qu’il est leur Dieu.

Dans la deuxième partie du verset, nous lisons :
« Vous reconnaitrez que c’est moi, l’éternel, votre Dieu »
Avant qu’il puisse y avoir re-connaissance, il faut qu’il y ait eu préalablement connaissance. N’oublions pas que nos enfants naissent en étant connu de Dieu.
On le voit quand il s’adresse en ces termes au prophète Jérémie : « Avant que je t'eusse formé dans le ventre de ta mère, je te connaissais » Jérémie 1-5.
Par contre, eux, malgré qu’ils soient conscients de sa douce présence, ne le connaissent pas encore.
Et oui, on ne naît pas chrétien, on le devient.

Que nous soyons jeunes ou moins jeunes, nous pouvons, chacun à notre niveau, apprendre plus du caractère de Dieu et mieux le connaître au travers de deux moyens principaux.

Le premier c’est la lecture régulière et la mise en pratique de la bible, qui est la parole de Dieu.

Le second c’est l’écoute du St esprit et les expériences personnelles qu’il nous permet de vivre concrètement.


POURQUOI NOUS AVONS BESOIN DE CONNAÎTRE DIEU ?

Au moment de notre conversion, il est évident que ceux d’entres nous qui n’ont pas grandi dans un foyer chrétien, n’avons que très peu de connaissances sur Dieu, voir même aucune.
Il faut dire qu’il y a encore une trentaine d’année, un enfant sur deux fréquentait le catéchisme, ce qui n’est plus du tout le cas le cas aujourd’hui. Notre besoin d’approfondir le sujet est donc manifeste.

Comme vous, je suis toujours réjouie de voir la grande soif spirituelle qui caractérise souvent les enfants ou les jeunes croyants.
Ils ont une vraie passion, un enthousiasme tellement fort pour rechercher et découvrir Dieu un maximum.
Je ne veux pas dire pour autant que les jeunes d’arrière plan chrétien n’en on pas tout autant besoin : ils entendent parler de Dieu depuis leur tendre enfance, connaissent la plupart des histoires bibliques par coeur… Pourtant, il suffit d’échanger quelques minutes avec eux pour se rendre compte qu’en fait ce qu’on leur a transmis n’a malheureusement pas pris racine.
Leur foi n’est pas affermie en Dieu et ils ne considèrent pas Jésus comme leur ami.
Même si ce n’est pas le cas pour tous, plusieurs d’entre eux n’embrassent pas la foi de leurs parents parce qu’ils ne connaissent pas Dieu intimement et personnellement.
C’est tragique : alors qu’ils faisaient naturellement partie du peuple, ils s’en détachent, faute de connaissance.
Osée 4-6 : « Mon peuple est détruit parce qu'il lui manque la connaissance. Puisque tu as rejeté la connaissance, je te rejetterai: tu ne pourras plus exercer la fonction de prêtre pour moi. De même que tu as oublié la loi de ton Dieu, j'oublierai aussi tes enfants. »

L’ignorance travaille à la destruction de la foi dans le foyer chrétien et dans l’église.

Dans le livre d’Osée, l’avertissement est solennel. Il y a des conséquences directes sur les générations qui sont après nous.
Double peine pour celui qui pense qu’il n’a pas besoin de connaître Dieu de façon éprouvée : le retrait de son sacerdoce et le rejet de ses enfants. Cela ne signifie pas que nous devons nous mettre la pression en voulant devenir des experts et étaler notre savoir partout.
Dans notre quête de connaissance, ce peut être un piège. L’objectif n’est pas d’être capable de répondre à toutes les questions que nos enfants et nos jeunes pourront nous poser sur Dieu.
Cela aurait même l’effet inverse de ce que nous recherchons. En effet, dans ce cas, pas besoin de connaître Dieu : papa, maman, le pasteur ou le moniteur savent tout !
Enseignons ce que nous avons appris et pour le reste posons simplement nos questions à Dieu, et laissons lui la place de répondre.

Beaucoup de personnes sont venus à Jésus avec des questions. Il a toujours répondu.
Pas souvent comme on s’y attendait certes, mais il ne rejetait aucune question.
Puis, « l’appétit vient en mangeant ! », nous aurons vite fait d’aimer questionner Dieu et apprécierons de partager ce que nous avons appris.

Voici un encouragement pour nous, parents ou responsables dans l’église : nous pouvons apprendre ensemble, toutes générations confondues.
Que la passion de découvrir et connaitre toujours plus notre père nous anime, il veut nous surprendre à se révéler d’avantage, pour sûr !


COMMENT SE REVELE-T-IL?

Parfois, nous avons l’idée faussée que Dieu ne sera pas au rendez-vous ou qu’il a autre chose à faire de plus important que de parler aux coeurs de nos enfants ou bien de manifester sa présence au milieu de notre simple culte familial ou ecclésial.
Je suis toujours étonné de voir combien nous sommes spontanément convaincus de l’action de Dieu lorsque nous prions pour une personne qui nous fait part de ses soucis ou prompt à annoncer la bonne nouvelle avec persuasion lorsque nous avons si peu de zèle à croire que Dieu est prêt à intervenir dans notre quotidien.

Nous avons une illustration de cette réalité dans le chapitre 1 de l’évangile de Marc.
Marc 1-30 : « La belle-mère de Simon était au lit, parce qu’elle avait de la fièvre; dès que Jésus arriva, on lui parla d’elle. Il s’approcha d’elle, lui prit la main et la fit lever. La fièvre la quitta et elle se mit à les servir. »
Dans cet évangile, il est intéressant de noter que c’est ici la première guérison de Jésus qui est mentionnée. Elle a lieu dans une maison, celle de Simon et André. Il s’agissait de la belle mère d’André et d’une simple fièvre.

La suite du passage nous amène encore un peu plus loin dans la réflexion:
Marc 1-33 : « Toute la population de la ville était rassemblée devant la porte de la maison. Jésus guéri beaucoup de gens qui souffraient de toutes sortes de maladies… v.38 : Jésus leur dit : « Allons ailleurs dans les villages voisins. Je dois prêcher là-bas aussi, car c’est pour cela que je suis venu. » Et ainsi, il alla dans toute la Galilée; il prêchait dans les synagogues de la région et il chassait les esprits mauvais….v. 45 : Jésus ne pouvait plus se montrer dans une ville; il restait en dehors, dans les endroits isolés. Et l’on venait à lui de partout. »

Dans ce passage il y a un élargissement par étapes successives de l’influence de Jésus autour de lui. Dans la maison, avec la famille, devant la porte de la maison avec toute la ville, dans les villages de la région et enfin partout.


Je le répète, le désir de Dieu est d’être NOTRE Dieu. 

Mon Dieu, celui de ma famille, puis de l’église et enfin du reste du monde.
Cela ne signifie pas que je suis le centre de l’univers et que Dieu pense à moi avant de penser aux autres. Il ne s'agit pas d'un ordre de priorité. C’est simplement que, de notre point de vue, nous ne pouvons pas reconnaître la présence et l’action de Dieu dans le monde ou dans l’église si nous ne le percevons pas dans notre famille ou dans notre propre vie.
Si nous reconnaissons Dieu uniquement devant les autres, en public, quelque chose va sonner faux dans nos coeurs. Nous serons mal à l’aise ainsi que nos proches et la religiosité va vite gagner du terrain.
Rappelons-nous que nos enfants cherchent des modèles à suivre. Ils ne voudront pas s’identifier à un parent ambivalent et peu authentique spirituellement.

ETRE INTIME AVEC DIEU ? :

Notre Dieu n’a ni commencement ni fin et, de ce fait, il est certainement complexe de mesurer ses différents traits de caractère. 
A ce sujet, on a tout un passage qui nous parle ne serait-ce que de saisir la longueur, profondeur et la hauteur de l’amour de Christ.
Et puis, comment saisir la notion d’éternité? « Maman, c’est pas possible que Dieu n’ait pas de date de naissance ! »

Nous ne connaissons pas plus du tiers de l’univers et tellement de créatures sont invisibles à l’oeil nu. Même si la bible nous dit que toute la création parle de Dieu, de l’immensemment grand à l’infiniment petit, il semble encore insaisissable.

La Bible et ses quelques milles pages peut sembler un vaste océan à la famille qui veut aller y puiser régulièrement.
Heureusement pour nous, Dieu a fait le choix de se révéler, sinon ce serait vraiment peine perdue.

Dans le fond, il ne s’agit pas de tout comprendre, de tout expliquer, mais plutôt de connaître notre père.
L’ action de comprendre nous parle d’intelligence, celle de connaître nous parle de relation de coeur. Encore faut-il vouloir « faire » connaissance, ce qui requiert une démarche de notre part.

« Lorsque nous connaissons l’auteur d’un roman, son personnage principal ou celui qui l’a inspiré, nous le lisons avec un intérêt accru. Il en va de même des écritures : si Dieu, l’auteur véritable de la Bible est devenu notre père, si Jésus Christ, son personnage central, est notre sauveur et si le Saint Esprit, son inspirateur, nous a régénéré, ce ne sera pas difficile de nous intéresser à la lecture du livre saint. » (1)

Ne nous décourageons donc pas à le chercher au travers de la parole, de Jésus, de la création ou du
St Esprit. Dieu ne se cache pas, il est le rémunérateur de ceux qui le cherche.


Job à chercher à comprendre Dieu et à tergiverser longtemps sur son triste sort en lui posant des tas de questions. Cette quête, que nous trouvons bien légitime au vu de son extrême douleur, n’a reçu pour réponse que d’autres questions que Dieu a posées à Job. Chacune était en lien avec la création.
Voici une phrase qui pourrait résumer la révélation que Dieu fait à Job sur sa nature :

Dieu est l’auteur du monde, il n’est pas l’auteur de la maladie ou de la mort, il a crée la vie, sans souffrance et éternelle.

Après cette révélation, Job lui-même dira : « Mon oreille avait entendu parlé de toi, maintenant mon oeil t’a vu. Job 42-5 »
Autrement dit : « Avant je savais des choses sur toi, maintenant je te connais personnellement. »

Hébreux 12-1 : « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d'une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte »

Parlons un peu d’intimité.
Genèse 4-1 « Adam connut Eve, sa femme, elle conçut et enfanta Caïn »
Ici on parle bien entendu d’intimité au sens sexuel. Quel rapport avec le fait de connaître Dieu ?
Si on y regarde de plus près, c’est bien le terme « connaitre » qui est utilisé.
C’est vraiment porteur de sens : cela nous conforte dans l’idée que connaissance et relation intime son liés.
Quand il s’agit de s'atteler à connaître Dieu, nous ne devons pas penser à une tâche ardue d’apprentissage. Ni encore à un nombre d’heures de recherches incalculables qui vont réclamer à notre cerveau une dose de concentration considérable.

Dans ce contexte, le verbe connaître ne désigne plus un savoir à posséder, mais une relation qui engage les deux parties. (2)

Cette manière de connaitre est analogue à la relation entre un mari et sa femme.
Ce parallèle est également utilisé dans la bible où Christ est comparé à l’époux et l’église identifiée comme son épouse.
L’intimité nous parle d’une relation étroite, profonde dans laquelle on partage des secrets cachés aux autres.

Mathieu 11-25 à 27, nous livre une parole de Jésus intéressante pour nos familles à ce sujet :
« En ce temps-là, Jésus prit la parole, et dit: Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants. »

S’approcher du Seigneur du ciel et de la Terre avec des enfants est donc une bonne plus-value pour la famille et l’église qui veut percer les mystères divins!
Chaque membre de notre famille fait aussi partie de la création de Dieu. La patience d’Anaïs, la douceur de Thibault et le tempérament actif de Marie révèlent tous un aspect de la personnalité de Dieu.
Demandons au Seigneur de voir de manière plus claire quelles facettes de sa personne se reflètent au travers de nos proches ou des personnes de notre communauté. Ainsi nous aurons une image qui sera, bien qu’imparfaite, un peu plus complète de Dieu.
---------------------------------------------------------------------

(1) citation Alfred Kuen : « Comment lire la Bible » p 14, 15

(2) consulté le 13 mai 2019 : http://www.interbible.org/interBible/ecritures/mots/2012/mots_120224.html


---------------------------------------------------------------------
Pistes pratiques :

Se nourrir de la bible : plusieurs pistes sont disponibles dans le livre de Guy Zeller :
« Passion pour la bible » qui se veut une véritable boîte à outils en la matière.
(disponible aux éditions Jem en suivant le lien :
https://www.jem-editions.ch/euro/index.php/passion-pour-la-bible.html)

-La video du verset de la zap, pour apprendre un verset facilement
( https://www.la-zap.com/verset-du-mois ) et bien d’autres choses encore disponibles sur la grande bibliothèque du net.

-Lire la bible, la mimer, la chanter, la jouer, la dessiner, la danser, la questionner, l’étudier, la partager … la vivre quoi ! La parole de Dieu est vivante et elle se décline d’une multitude de façons même si l’essence de son contenu reste immuable.

-Faire une étude sur les noms de Dieu (voir exemple dans le prochain article)

Reconnaitre l’action du st esprit :

-Decrypter Dieu dans votre quotidien et souligner son action dans votre vie et celle de votre famille, témoignez facilement et laissez les enfants le faire aussi à l'église par exemple. C’est un excellent exercice pour renforcer leur foi et booster l’estime de soi, dans la mesure où ils ne sont pas assortis de sourires béats ou de commentaires du style « comme c’est chou ! ».
Donnez gloire à Dieu pour ce qu’il fait dans la vie des enfants car il n’y a pas de petit St Esprit ! Tout cela est très sérieux.

-Notez les prières et leurs exaucements sur une grande affiche par exemple, puis prenez un temps de reconnaissance avec une autre famille que vous aurez invitée pour l'occasion.
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Nota : Les valeurs décrites dans cette série d’articles sont tirées du recueil des valeurs et principes de base des fabricants de joie.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire