POUR NOUS SOUTENIR :

Formulaire : Promesse de don
Montant de la Cagnotte : 530/ 1000 €



jeudi 7 juin 2018

De la grâce pour les familles dans l'eglise

Exode 34-7 nous dit que Dieu fait grâce jusqu'à 1000 générations.
On fait parfois la distinction entre une église centrée sur la grâce et une autre qui serait centrée sur la parole. L'une serait jugée permissive et l'autre exercerait la tolérance zéro avec le pêché.
Je crois que le principe de la grâce peut être mal compris et surtout que tous les excès de zèle, dans un sens comme dans l'autre, ont de facheuses conséquences.

La grâce n'est pas une excuse pour pécher, elle est une puissance libératrice pour vivre et mettre la parole de Dieu en pratique.


Si la parole écrite suffisait, Jésus ne serait pas mort. Alors n'essayons pas d' y obéir par nos propres forces. Sinon, nous allons developper toutes sortes de stratégies et de règles pour y parvenir, desquelles, nous redeviendrons esclaves. Cette attitude, c'est ce qui a changé notre relation avec le Christ en religion chrétienne. La bible nous parle des hommes et des femmes qui, durant des siècles ne sont pas parvenus à obéir aux lois dictées par Dieu et il a dû envoyer son fils mourir pour celà. Ne serions-nous pas orgueilleux de croire que, nous, nous y arriverons?


Il y a beaucoup de familles imparfaites dans la Bible et elle ne se tait pas sur cet état de fait :


David a commis l’adultère, Isaac et Rebecca avaient une préférence entre leurs enfants, Jacob a trompé son frère, Abraham n’assumait pas beaucoup son rôle de chef de foyer : il a dit que Sara était sa sœur pour sauver sa peau et plus tard il va se soumettre au plan de Sarah pour avoir un fils, sans s’y opposer alors que Dieu lui avait parlé.


La famille est le lieu de grâce par excellence, on le voit dans l’histoire du fils prodigue. L’église en tant que famille doit être, elle aussi ce lieu, on le voit dans la réaction de Jésus envers la femme adultère.
Bien sûr la grâce a du sens du moment qu'elle reste grâce et que nous avons conscience d'avoir attristé le coeur de Dieu et de ceux qui nous entourent. Sachant aussi qu'il nous faut essayer de réparer les dégâts, ne voulant plus recommencer. Jésus dira à la femme : " Va et ne pêche plus."

La grâce de Dieu doit passer régulièrement dans nos familles, car en réalité papa, maman et enfants en ont besoin. Aucune famille ne peut persévérer à écouter Dieu et lui obéir sans exercer d'abord la grâce. La famille chrétienne parfaite, qui ne fait jamais d'erreur n'existe pas. Pourtant, j'ai comme l'impression qu'on essaie tous de le faire croire à ceux qui nous entourent et de cacher nos faiblesses.
La société nous dit : pour vivre heureux vivons cachés. Il y a d'ailleurs, au sein même des familles des non-dits : les secrets de famille, qui font du mal le jour où ils viennent en lumière. Nous devons prôner l’intimité dans nos familles mais pas l'hypocrisie.  Et si l'humilité précédait la gloire? Et que la démonstration de nos échecs et la confession de nos pêchés permettaient à Dieu de faire briller sa puissance sur nos familles?


"Ma grâce te suffit, car ma puissance s'accomplit dans la faiblesse. Je me glorifierai donc bien plus volontiers de mes faiblesses, afin que la puissance de Christ repose sur moi." 2 corinthiens 12-9



A la maison et à l'église on pourrait :


1 - Libérer les thématiques taboues : la mort, la maladie, la sexualité, l’argent, le divorce, les complexes...
Soyons ouverts à discuter et accompagner les réflexions de nos enfants sur ces sujets. Ne pas délaisser ces sujets dans les prédications pourraient aider les familles en ce sens.


2 : Ne pas porter de masques. Les super-héros en porte, mais nous ne sommes pas des super-héros.
Le péché est à notre porte à chaque jour et il frappe. Parfois nous tombons. Le mot "pardon" doit faire partie de notre vie de famille. La Bible nous dit de confesser les uns aux autres nos péchés. Cependant, il n'est pas judicieux de se confier à tout le monde non plus.
Un péché public n’est pas un problème plus grand qu'un péché qui ne se voit pas ou qui est caché. Bien souvent ce qui nous gène c’est qu’on nous aie vu, on gère la honte alors que le problème c’est le péché qui la produit.
Il est cependant vrai qu'un péché public est confessé en public.
ex : une dispute entre les parents devant les enfants : les parents se demandent pardon mais également à leur enfants pour s'être emportés, ou pour les mauvaises paroles qu'ils ont pu prononcer.

Porter un masque nous apporte beaucoup de désillusions, surtout à la jeune génération. Beaucoup de jeunes pensent en fait que eux seuls ont des problèmes et que tous les autres vont tous bien. Comme si certains étaient forts à l'origine et d’autres moins. Détrompez-vous, même les meilleurs conseillers expérimentés ont leur propres défis. Personne n'est plus à même de s'appuyer sur ses propres forces. D'ailleurs, je n'ai jamais vu autant de gens être encouragés à reprendre espoir pour eux même et renouvelés dans leur confiance en Dieu que lorsque qu'un leader ou personnage public expose ses propres faiblesses sans peur du jugement avec un coeur humble et repentant.

3 : Abandonner la quête de la perfection : parce qu'il faut être un exemple. C'est vrai, mais les objectifs ne sont pas à la bonne place. Chercher à être parfait avant même de réjouir le cœur de Dieu, c'est vouloir être comme Dieu, c’est l’orgueil par excellence car c’était le but de Satan. Jésus n’a pas regardé comme un but à atteindre le fait d’être l'égal de Dieu mais il s’est dépouillé lui-même. Christ qui vit en nous, le moi qui diminue et lui qui grandit, c'est ça l'espérance de la gloire, c'est ça être un exemple.


Voici un témoignage, sur ce que j'ai pu vivre récemment à ce sujet :

"Quelque chose me marque ces derniers temps alors que nous vivons des échecs familiaux:
 Notre fils a fait un burn out car il était soumis à trop de pression de notre part. Pourtant les personnes qui nous entourent nous disent : vous êtes une famille forte, vous êtes des exemples pour nous. De même, alors que notre couple vit un moment compliqué, dans le même temps c’est toute une famille, récemment convertie, qui nous remercie de les avoir accompagnés sur le chemin de la foi. 
Nous avons vécu ce genre de situation à plusieurs reprises. C'est vraiment lorsque nous sommes faibles que nous sommes forts"

 Nos imperfections ont l’avantage de révéler la perfection de Dieu et sa grâce infinie. C’est Dieu qui transforme et qui change nos mentalités alors que nous nous abandonnons à lui.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire